Ecouter en direct
Radio Ndarason Internationale

Sécurité

Burkina : Plus d’un million d’élèves privés d’école à cause de l’insécurité (communiqué)

25 novembre 2022
Temps de lecture : 2 minutes

Au Burkina Faso, plus d’un million d’élèves sont privés d’école à cause de la situation sécuritaire, renseigne un communiqué de l’ONG Save the Children. « Le Burkina vient de franchir la barre dramatique d’un million d’enfants affectés par la fermeture des écoles en raison de la crise sécuritaire », indique le document de l’ONG Save the Children.

Selon la note, le nombre d’établissements fermés qui était de 4 258 à la date du 31 octobre 2022 est passé à 5 709 soit une augmentation de 1 451 structures éducatives. « Les fermetures des écoles ont affecté 1 008 327 élèves soit 490 622 filles et 517 705 garçons ainsi que 28 919 enseignants soit 9 171 femmes et 19 748 hommes », explique le Secrétariat technique de l’éducation en situation d’urgence.

D’après le directeur Pays de l’ONG Save the Children, Benoit Delsarte, les gouvernants, les donateurs et la communauté humanitaire doivent trouver des solutions alternatives immédiates pour atténuer les risques liés à la crise sécuritaire au Burkina Faso. Aussi, il a souligné que la fermeture des classes expose les élèves à de nombreux autres risques qui compromettent définitivement leur bien-être et leur avenir.

En rappel le Burkina Faso fait face depuis six ans à des attaques terroristes qui ont causé de nombreux décès, provoqué le déplacement de 1,7 millions de personnes et la fermeture de plus de 5000 structures éducatives.

À propos de l’auteur

Mbodou Hassane Moussa

Journaliste de formation et de profession. Passionné par l'écriture, le digital et les médias sociaux, ces derniers n'ont aucun secret pour lui. Il a embrassé très tôt l'univers des médias et de la Communication. Titulaire d'une Licence en journalisme et d'un Master en Management des projets, Mbodou Hassan Moussa est éditeur Web du journal en ligne Toumaï Web Médias. Aujourd'hui, il est devenu Webmaster à la Radio Ndarason internationale et collabore à la réalisation du journal en langue française et dialecte Kanembou.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *